Titel_Blog-Telecom_de
14 novembre 2019

Fitbit: une province de plus dans l’empire des données de Google


Dès l’année prochaine, Fitbit devrait appartenir à Google à un moment ou à un autre. De cette manière, le géant technologique s’immiscera encore davantage dans nos vies et en saura définitivement plus sur nous que nous-mêmes.

Tous deux l’ont annoncé le 1er novembre 2019: si les actionnaires et les autorités de surveillance ne s’y opposent pas, Google rachètera Fitbit, le pionnier des objets connectés spécialisés dans le fitness. Cela coûtera environ 2,1 milliards de dollars à Google. Il y a donc très longtemps que Fitbit n’est plus une débutante. Ce qui était au départ un garage high-tech proposant un capteur d’activité à accrocher au pantalon s’est agrandi au fil du temps, avec plusieurs générations de bracelets connectés, qui mesurent non seulement le nombre de pas effectués et les distances parcourues, mais aussi le pouls, le sommeil, et même les phases de sommeil depuis 2016. Toutes les données mesurées sont collectées et analysées via l’appli Fitbit. Aujourd’hui, Fitbit équipe même des voitures intelligentes, qui mesurent le poids, la part de masse corporelle et calculent l’IMC (indice de masse corporelle). Elle propose aussi des écouteurs sans fil qui absorbent la sueur. L’entreprise californienne a commencé à avoir des difficultés en 2017 quand elle a lancé la commercialisation de son fitness tracker sous la forme d’une Smart Watch. La concurrence d’Apple est en effet trop redoutable.


Aujourd’hui, Google veut donc acheter Fitbit et selon certains analystes, elle est prête à payer un demi-milliard de plus que sa valeur actuelle sur le marché. Pour Google, il était important d’être dans la couse et de devancer d’autres soumissionnaires tels que Facebook. Google gère Wear OS, son propre système d’exploitation pour les «wearables», qui est le nom donné aux appareils de communication portables. Jusqu’à présent toutefois, Wear OS n’a pas encore réussi à se démarquer correctement. En achetant et en intégrant Fitbit à son équipe Hardware, Google espère acquérir un grand savoir-faire, non seulement pour développer ses propres wearables, mais aussi pour booster son Wear OS. Selon le communiqué de presse, tant Google que Fitbit entrevoient l’achat annoncé comme une opportunité d’améliorer leur force d’innovation et de permettre à plus de personnes d’être en bonne santé. «Make everyone in the world healthier»: la grande vision philantrophique de Fitbit doit maintenant être valable pour Google aussi.


Toutefois, Fitbit n’apporte pas seulement le hardware et le savoir-faire à Google, mais aussi un volume important de données sur la santé. L’entreprise compte en effet près de 27 millions d’utilisateurs actifs. Il se pourrait que ceux-ci se soucient de ce qu’il adviendra de leurs données. Contrairement à Fitbit, qui jouit auprès de sa clientèle et sur le marché d’une très grande crédibilité en ce qui concerne la protection des données, Google a déjà été critiquée à plusieurs reprises pour sa politique en la matière.


Toutes les informations du monde


Les données ou informations sont en effet aussi le modèle commercial de Google. Le moteur de recherche du même nom n’a pas été le premier à être proposé, mais les deux fondateurs, Larry Page et Sergey Brin, ont su se démarquer avec leur service gratuit et son algorithme PageRank, qui classait les sites Internet trouvés par pertinence. Le moteur de recherche était tellement plus efficace que les autres que depuis ce jour, nous nous sommes tous mis à «googliser», tout simplement! La vision des fondateurs de Google, «organiser toutes les informations du monde», est à l’origine de la croissance constante de l’entreprise. Selon une liste incomplète publiée sur Wikipedia, Fitbit est la 230e entreprise absorbée par Google. Il y a quatre ans déjà, Larry Page et Sergey Brin ont transformé Google en une nouvelle société holding dont le nom est Alphabet. La pièce maîtresse reste Google LLT, qui, outre le moteur de recherche du même nom, contient d’autres services de recherche comme YouTube ou Google Maps ainsi que d’autres services basés sur Internet comme Google Nest pour la domotique intelligente. Les autres filiales d’Alphabet Inc. sont Calico, une entreprise de biotechnologie qui développe des méthodes contre le vieillissement ou DeepMind, qui se spécialise dans la programmation de l’intelligence artificielle. Si Alphabet et sa filiale Google sont aussi puissantes, tant du point de vue de la taille que de celui l’envergure, c’est parce que la plupart de leurs services organisent et analysent des données, et plus précisément nos données. Via les clics de souris, l’entreprise enregistre le comportement humain sur Internet et via Nest, elle enregistre notre comportement et nos préférences quand nous sommes à la maison et avec Fitbit, elle sera également au courant de notre forme physique. L’entreprise utilise les données lui provenant de ses divers services de recherche pour faire de la publicité pour des magasins. Se servira-t-elle aussi de nos données de santé pour de la publicité Google? Les sociétés Fitbit et Google LLT promettent toutes deux qu’elles ne le feront pas.

Notre connexion Internet 1 Giga